La chocolaterie Foucher

Ville ou quartier: 

Comment ne pas évoquer les dimanches passés en famille dans l'enceinte de la chocolaterie FOUCHER, située au début de l'actuelle avenue du Président Salvador Allendé, et tenue à l'époque par un cousin de mon père, Paul DEBARD que nous appelions "Cousin Paul". Nous étions "lachés", mon frère, ma soeur et moi à peine le repas de famille entammé. Direction l'usine, dont on nous confiait la clé, avec fortes recommandations de ne pas abuser du chocolat. Tu parles ! Nous plongions nos mains dans des cuves de chocolat liquide. Mon préféré était au café. Nous nous bourrions d'orangettes, de marrons glacés et de "crottes au chocolat". Et oui. C'est comme ça que l'on appelait ces chocolats pourtant extra. Sans doute un de ces mots bien immagés, comme "boueux" ou "dégraissage", employés au Chambon sur Lignon, dont nous étions originaires, pour désigner les éboueurs et le pressing.

C'était notre repas du dimanche. On ne mangeait que l'entrée et le désert. Puis, balade dans le potager où les deux dindons en liberté nous impressionnaient. Visite au poulailler. Puis à l'enclos aux garennes, sorte de grande cage en grillage, avec un socle en béton, pour éviter que ces lapins sauvages ne prennent le large en creusant leurs terriers. La fin du parcours se terminait comme il avait commencé, par l'immense cage grillagée située dans la cour d'entrée et ou logeaient les deux "gardiens de nuit" : Deux immenses Bergers beaucerons, appelés aussi "bas rouges". Ceux qui ont donné naissance à mon premier chien "Darc", et à mon amour pour ces bêtes à quatre pattes.

Puis l'usine fut fermée, vendue à Thomson devenu Thales et restructurée en site de fabrication électronique. Les bâtiments furent détruits pour laisser la place à l'actuel centre commercial. Toute une époque qui s'en est allée. Espérons pour nos enfants, que sa remplaçante soit aussi bonne que celle que l'on a connue jadis.

LEBRAT

Sujets liés: 

Commentaires

Bjr après la vente des établissements foucher cela était vendu a CIT ALCATEL en premier lieu car j'y est travaillé 4 ans ( de 1970 a 1974 ) date de mon mariage et j'ai quitté Alcatel juin 1974

Ajouter un commentaire