Message d'erreur

Unable to load CTools exportable Layer undefined.

Hautes Bornes / Laplace

Ecole Laplace

En 1875, alors que l’école Laplace vient d’être livrée, le quartier du Parc auquel elle était destinée est séparé d’Arcueil et rattaché à Montrouge. Sans élèves, l’école est alors convertie en musée et ne retrouve sa fonction qu’au 20e siècle.
Louis Pergaud, rendu célèbre par son roman La guerre des boutons, y est instituteur durant six mois, en 1910. De là à imaginer que le romancier ait entendu dans la cour certaines des formules très imagées qu'il prête deux ans plus tard aux écoliers de son livre...

Halte Laplace

L’ancienne Halte Laplace est inaugurée en 1894 à une centaine de mètres de l’actuelle gare Laplace. Financée par le groupe scolaire dominicain qui détient Albert-le-Grand, elle est alors moins destinée à la population d'Arcueil-Cachan qu'aux élèves du collège et de la nouvelle école privée Laplace, dont les portails se trouvent face à la gare.

Quartier Laplace, école Casanova

De nombreux sites disparus sont visibles sur cette photo aérienne de 1964, centrée sur le quartier Richaud. Au fond à droite, les sheds de la base militaire qui occupe l'emplacement de l'actuelle Maison des Examens. Plus près, toujours sur la droite, l'école Casanova est déjà là. Mais l'école Aimé-Césaire est encore absente, de même que le foyer de retraités qui l'a précédé. On voit qu'en ce milieu des années 1960, les terrains sont encore occupés par des activités de maraîchage. 

Villa Mélanie

L'ancien et le nouveau - Cette vue prise à la fin des années 1950 dans la Villa Mélanie, le bidonville d'Arcueil, montre à l'arrière plan la construction des bâtiments du Chaperon Vert. Cet ensemble social était initialement destiné à reloger les occupants de la Villa, mais sa construction a été ralentie par des blocages administratifs : le préfet de la Seine aurait en effet préféré y aménager un hôpital ou une extension de la Cité Universitaire, ce qui a provoqué un conflit avec les élus de Gentilly et d'Arcueil.