Ecole Laplace

Il n’existe pratiquement aucune habitation dans le quartier Laplace en 1870. Mais le quartier arcueillais du Parc, situé de l’autre côté de la N20 (autour de l’actuelle rue Périer de Montrouge), s’est lui fortement densifié. Pour répondre aux besoins de ces écoliers excentrés, trop éloignés du groupe Ferry, la municipalité d’Arcueil acquiert en 1871 des terrains où elle entame la construction de l’école Laplace.

Or en 1875, le quartier du Parc est distrait d’Arcueil et rattaché à Montrouge, dont le territoire avait été très amputé par l’extension de Paris sous Haussmann. La nouvelle école Laplace, en périphérie de la ville, se retrouve sans élèves. Seule une classe de maternelle est conservée, le reste des locaux étant converti en musée. Ce n’est qu’au 20e siècle, alors que le quartier s'urbanise, que les locaux retrouvent leur fonction.

Louis Pergaud, rendu célèbre par son roman La guerre des boutons, y est instituteur durant six mois, en 1910. De là à imaginer que le romancier ait entendu dans la cour certaines des formules très imagées qu'il prête deux ans plus tard aux écoliers de son livre...

 

Commentaires

Passant devant ce lieu, je remarque qu'il est désaffecté à nouveau, du moins la partie du côté de l'avenue Laplace. Quelqu'un sait-il pourquoi ? Ce bâtiment m'interresse dans le cadre d'études en architecture. Une très bonne soirée !

Bonjour, Oui à ma connaissance il est actuellement désaffecté, les classes ayant été transférées dans la nouvelle école Aimé Césaire, av. De Gaulle. Cordialement C. Seguin

Ajouter un commentaire